L’obscénité de la répression anti-ouvrière en temps de pandémie