Il n’y aura pas de retour à la normale, parce que la normale était le problème

Santiago du Chili