Notre-Âme en feu! Billet d’humeur après l’incendie ~ par Victor Strukalo

Après avoir aboli l’ancien régime de droit divin, le peuple français en a vandalisé le symbole, lieu de noces royales et de privilèges cléricaux, qui trônait au sein de Paris. Plus de deux siècles plus tard, ce drame se joue à l’envers: la destruction de la cathédrale annonce une révolution. Quand brûle Notre-Dame, le peuple brûle aussi. Les étincelles volent et embrasent les cœurs. «Le Cœur de la Nation est en flammes», a-t- on pu entendre. Pour l’instant, il ne s’agit que de Notre-Dame.

À mesure que la nuit tombe, le feu, visible à dix kilomètres à la ronde et sur les écrans du monde entier, ravage le symbole du pouvoir temporel et spirituel. Il fallut l’effort concerté de 600 sapeurs-pompiers pour l’éteindre. Il ne reste plus personne pour lutter contre les feux invisibles qui font rage actuellement au sein du peuple. Toute l’attention se tournant vers la lueur de l’incendie, qui les a même remarqués? Pourtant les derniers mois ont montré le danger de la combustion spontanée. Oubliez la révolution, semble suggérer le langage présidentiel. Le mot juste pour cet immense rassemblement, pour cette solidarité qui réchauffe les cœurs, c’est le mot patriotisme. Le spectacle humain autour du grand incendie de Notre-Dame rend caduc tout autre nom. Une telle ardeur n’est-elle pas bonne pour le moral sous un gouvernement représentatif, élu démocratiquement?

Il est peu probable que ces feux invisibles, momentanément dissimulés, s’éteindront d’eux-mêmes. Quant aux soldats du feu, malgré leur vaillance d’hier soir, ils sont eux aussi sans pouvoir. Attention, le feu pourrait les saisir à leur tour.

Tant qu’il y a de l’air pour respirer, chaque âme reste une torche possible. Vous savez aussi bien que moi qu’une telle chaleur intérieure ne détruit pas les corps. Mais savez- vous qu’elle peut ravager les États?

Le moment est venu de retourner comme un gant la métaphore du «cœur de la nation». Est-ce de la fumée que je vois, ou bien des gaz et des projections d’eau? Sont-ce des flammes qui montent en flèche, ici et là, tout autour de ce monument de la révolte qu’on appelle la France? Néanmoins, si l’on en croit celui qui est encore Président de la République, «le pire a été évité».

Et maintenant?

Ce feu passera dans l’histoire, feu l’histoire qui reste. Un incendie fait l’histoire tant que l’histoire continue d’être faite.

Anankè, le mot que Victor Hugo avait trouvé gravé dans une tour de Notre-Dame, ce livre de pierre, n’est pas venu à l’esprit d’un journaliste commentant l’événement brûlant. Dans sa bouche, il est devenu fatum. Mais l’anankè n’est pas le destin, le fatum fatal. Anankè, c’est la Nécessité. Elle était vénérée à Corinthe avec Bia, la Violence ou la Force, dans un temple où il n’était pas permis d’entrer. N’est-ce pas toujours le cas?

 

On confond la Nécessité – nécessité violente – avec le Destin. Mais le souvenir de la révolte ne se confond avec rien. Ce n’est pas le souvenir des causes perdues, mais des causes retrouvées, retrouvées sans arrêt.

La destruction d’un symbole est symbolique en elle-même. Le jour où Notre-Dame a brûlé, le peuple s’est vu consumé par le feu. Notre-Dame a survécu, montrant que le destin peut être évité. Mais la nécessité, non. Des vents puissants attisent la flamme populaire, menaçant de ce «pire», qui n’a été évité que symboliquement. Quand Hugo écrivait: «Un triple anankè pèse sur nous, l’anankè des dogmes, l’anankè des lois, l’anankè des choses», il a mis le doigt sur l’essentiel. À ces trois nécessités «qui enveloppent l’homme» il a mêlé une quatrième: «la fatalité intérieure, l’anankè suprême, le cœur humain ». Une nécessité qui, une fois ressentie, fleurit. Une fleur rare et fragile, l’anankè de la révolte.

 

Victor Strukalo

Le 16 avril 2019

Marseille ~ Soutien aux travailleuses de l’hôtellerie en grève!

Sous-traitance hôtelière, la colère continue de monter! 

Le secteur hôtelier marseillais est de nouveau secoué par un mouvement social dénonçant le système d’exploitation de la sous-traitance, déjà plus d’une quinzaine en trois ans ! Cette fois-ci ce sont les femmes de chambre et équipières, sous-traitées par ELIOR à l’hôtel NH Collection à la Joliette qui sont en grève reconductible depuis le 11/04, avec le soutien de leur syndicat CNT-Solidarité Ouvrière.

   Comme souvent derrière la vitrine luxueuse et lucrative de l’hôtel se cache les pratiques sociales douteuses des sous-traitants. Dans son genre, ELIOR est un super-champion de l’exploitation qui s’est fait connaître récemment en obtenant des tribunaux l’annulation et le remboursement des avantages acquis pour des dizaines de salarié.e.s, grâce à une disposition de la loi Travail.

   Leurs pratiques quotidiennes sont fidèles à leur réputation ! Depuis la reprise du chantier, il y a 3 mois, les salarié.e.s dénoncent : les pointages irréguliers, les nombreuses heures impayées, les retraits sur salaires indus ou le non-versement intégral de primes. 

    L’équipe du « NH Collection » est déterminée pour obtenir gain de cause face à ces patrons voyous et pour gagner de nouveaux acquis ! Les grévistes revendiquent : paiement de toutes les heures de travail manquantes ; versement des indemnités repas et transport ; remboursement des retenues sur salaires abusives ; versement d’une prime exceptionnelle en compensation du préjudice ; augmentation des qualifications dans la grille de salaire conventionnelle ; majoration du dimanche à 50% ; 13° mois ; organisation du travail respectueuse de la vie privée.

   La direction régionale d’ELIOR voudrait choisir ses interlocuteurs syndicaux et refuse toute négociation avec la CNT-Solidarité Ouvrière, seule organisation du site. Les salarié.e.s ne comptent pas céder à ce chantage !

   Nous invitons le donneur d’ordre, le groupe NH Collection, a prendre ses responsabilités sociales et ne plus se cacher derrière son sous-traitant. C’est l’exploitation des invisibles de la sous-traitance qui remplit vos caisses, il est temps que le fruit de leur travail leur revienne !

L’exploitation et le mépris ça suffit !

Contribuez ICI à la caisse de grève.

“Ravachol” avec du William Blanc dedans [Encore lui? Oui, encore!]

Je me flatte d’être un des (tout récents) abonnés au Ravachol. Quelle ne fut pas ma surprise douloureuse (le mot n’est pas trop fort) en constatant que ma première livraison d’abonné contient un entretien avec William Blanc, (dont je reproduis une page sur deux).

Encore lui! Cet individu s’immisce décidément partout. On s’abonne à un canard anarchiste blésois, pour être tranquille, et voilà! Sa relation intime avec une héroïne de Game of thrones (j’espère que je ne spoile rien là…) ne justifie pas tout!

Et pourquoi pas un entretien dans Lundi matin tant qu’on y est? Riez, riez, ça arrivera plus tôt que vous ne croyez…

Poser les vraies questions.

L’INCENDIE ~ par Louis ***

La charpente de la cathédrale de Paris n’a pas encore fini de se consumer que déjà le ban et l’arrière-ban de tous les pouvoirs institués appellent à resserrer les rangs autour de ce symbole de la soumission. Tout de suite a été rappelé en boucle que ce monument a vu passer dans sa nef depuis des siècles rois, papes, empereurs et autres présidents de toute l’Europe, voire du monde.

En pleine crise sociale, alors que depuis des mois on nous serine que les caisses sont vides, que le traitement homéopathique de l’injustice, de la pauvreté et de la misère coûte décidément trop cher, les cendres étant encore chaudes, voilà que les millions pleuvent à foison en toute indécence. Tout le beau monde s’ébaudit devant la soi-disant générosité de quelques milliardaires: ramenées au montant du smic, leur obole ne vaut pas dix euros! Et rapportée à l’utilité réelle de ces dix euros pour un smicard, leur obole vaut-elle seulement quelques centimes? Sans compter que l’on ne peut absolument pas les dédouaner d’arrière-pensées d’optimisations fiscales et publicitaires.

Mais le plus grave est qu’à travers cette propagande faite au nom du «patrimoine», de l’«art» ou de la «culture», c’est bien l’image universelle de tous les puissants qu’il s’agit de réaffirmer: puissances politiques, religieuses, économiques, technologiques, financières, médiatiques… Ce n’est pas un hasard si tous les puissants, ou presque, de la planète se sont émus. Ce qu’il s’agit de reconstruire au plus vite, ce n’est qu’accessoirement un témoin passé de notre histoire commune, mais un symbole présent de leur pouvoir. Ce témoignage du passé, pour important qu’il soit à certains égards, n’est pourtant ici jamais mis en perspective critique : la révolution française ou la Commune ne sont que des pages noires de l’histoire de la cathédrale, et donc par conséquence des pages sombres de l’Histoire elle-même. Ce qui a brûlé c’est avant tout un mythe, et c’est lui qu’il s’agit de pleurer et de restaurer.

Comme l’a très bien dit Macron lors de son allocution du 16 avril, «chacun à sa place, chacun dans son rôle», et le monde continuera de pouvoir croire aux miracles. Et c’est bien ce qu’il a essayé de nous vendre: «Ne nous laissons pas prendre au piège de la hâte» pour avancer dans la résolution de la crise sociale. L’important est de restaurer l’image touristique de l’unité nationale et de la puissance de l’État. Cette puissance est d’ailleurs si extraordinaire qu’elle est capable de sécher des chênes centenaires pendant largement plus d’une dizaine d’années tout en reconstruisant avec eux une charpente monumentale dans les soixante prochains mois.

Ce que le pouvoir français n’a pas vraiment réussi à faire avec le saccage symbolique de quelques boutiques de luxe sur les Champs-Élysées, à savoir faire condamner les émeutiers au nom du prétendu rêve universel des consommateurs de pouvoir accéder «un jour» au mythe de la richesse, il est en train d’essayer de le faire avec cet incendie tout à fait providentiel pour lui. Sa priorité est de restaurer l’image de l’unité nationale mise à mal par cinq mois de crise sociale majeure: «Il nous revient de retrouver le fil de notre projet national, celui qui nous a fait, qui nous unit, un projet humain, passionnément français (sic)». Face à un tel défi, qui ne comprendra pas la mesquinerie, la petitesse, l’égoïsme même, de la contestation sociétale si elle continuait à vouloir re-définir le sens perdu d’un vivre-ensemble à réinventer.

Dans l’intervention de Macron, il s’agit très expressément de faire passer le sens de l’histoire devant une «fausse impatience» nécessairement illégitime de la contestation. «Demain la politique et ses tumultes reprendront leur droit, nous le savons tous, mais le moment n’est pas encore venu». Pourquoi faut-il donc que la vie réellement vécue vienne toujours gâcher son image idyllique que les puissants fignolent si patiemment pour notre bien? Affirmer la permanence et la continuité de la France et de ses symboles, c’est automatiquement tenter d’autolégitimer un pouvoir qui se veut son incarnation. C’est symétriquement tenter de jeter l’anathème sur les contestataires du pouvoir au nom d’une histoire prétendument impérissable, tellement plus grande que les petits soucis quotidiens des uns et des autres.

L’avantage de ce genre de discours, c’est qu’il va finir par rendre palpable que la critique du pouvoir devient de moins en moins dissociable de la critique de son histoire: l’histoire telle que nous la connaissons n’est toujours que l’histoire racontée par le pouvoir. Il ne s’agit bien entendu pas de raconter autrement la même histoire, avec le regard des vaincus, mais de casser leur histoire, de briser le référentiel mental qui leur permet de croire qu’ils sont l’histoire. À tout le moins, puisque pour eux cela me paraît désespéré, il faut surtout que les dominés, ces gens qui ne sont rien, changent d’histoire, sortent du cadre mental et national qui seul légitime les puissants de ce monde. Ce n’est qu’en changeant d’histoire qu’ils pourront faire leur propre histoire, ce n’est qu’en cassant les repères temporels et géographiques du pouvoir qu’ils arriveront, que nous arriverons à le briser lui-même.

Passons sur le fait que l’État français qui se voudrait le chantre de la laïcité se fasse, dans cette histoire de cathédrale, le héraut de «Notre-Dame» et d’une chrétienté pleinement assumée. Je préfère quant à moi me souvenir du jour de Pâques de 1950, le 9 avril, à la cathédrale de Paris justement, où Michel Mourre et ses amis proclamèrent en plein office la mort de Dieu.

« Aujourd’hui, jour de Pâques en l’Année sainte,
Ici, dans l’insigne Basilique de Notre-Dame de Paris,
J’accuse l’Église Catholique Universelle du détournement mortel de nos forces vives en faveur d’un ciel vide ;
J’accuse l’Église Catholique d’escroquerie ;
J’accuse l’Église Catholique d’infecter le monde de sa morale mortuaire,
d’être le chancre de l’Occident décomposé.
En vérité je vous le dis : Dieu est mort.
Nous vomissons la fadeur agonisante de vos prières,
car vos prières ont grassement fumé les champs de bataille de notre Europe.
Allez dans le désert tragique et exaltant d’une terre où Dieu est mort
et brassez à nouveau cette terre de vos mains nues,
de vos mains d’orgueil,
de vos mains sans prière.
Aujourd’hui, jour de Pâques en l’Année sainte,
Ici, dans l’insigne Basilique de Notre-Dame de France,
nous clamons la mort du Christ-Dieu pour qu’enfin vive l’Homme.»

Je n’ignore pas ce que ce genre de propos a de provoquant, d’outrancier et de caricatural, en particulier parce que l’on ne peut plus aujourd’hui parler de l’Homme (avec un H majuscule), qui n’est au final que le fils trop Naturel d’un Dieu (avec un D majuscule). Mais le discours présidentiel est tout autant provoquant, outrancier et caricatural, en plus d’être méprisant : la question que l’on peut cependant se poser est de savoir s’il en est seulement conscient.

Louis ***

Colmar, le 17 avril 2019

…danses et sons qu’ont fondu

SPIME est un projet de rencontre et de construction de réseaux des musiques improvisées au niveau européen, porté par le collectif Le Fondeur de son (LFDS). Pendant une semaine de résidence des musiciens et danseurs européens travailleront ensemble.

Trois jours sont consacrés à des jam sessions dont l’objectif est la rencontre entre nos invités européens et des musiciens de la scène parisienne – et plus largement française – des musiques improvisées.

Musiciens et danseurs européens invités

Paulo Chagas (Portugal) : sax
Jonathan Aaderstrup (Danemark) : contrebasse
Marcello Magliocchi (Italie) : drums
Carlo Mascolo (Italie) : trombone
Mya Dyberg (Danemark) : sax
Elena Waclawiczek (Autriche) : danse
Anna Adensamer (Autriche) : danse
Agnes Distelberger (Autriche) : danse

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41
Musiciens et danseurs français invités
Yaping Wang : yang qin
François Wong : sax
Andrew Crocker : trompette
Blaise Powell : danse
Noémie Lambert : danse
Erwin Toul : batterie
Marguerite Gauthier : clarinette
Alexandre Duclosel : clavier
Marcio Gibson – batterie

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41
Membres du collectif LFDS présents
Yoram Rosilio – contrebasse
François Mellan – tuba
Nicolas Souchal – trompette
Niels Mestre – guitare
Pierre Yves Baudin – sax, clarinette
Florent Dupuit – sax
Jérôme Fouquet – trompette