Pochoir ambigu

Je ne suis pas convaincu par cette sentence, relevée hier près de l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

Certes, je préfère spontanément un beau pochoir à un tag en forme de paraphe incompréhensible (pour moi). Mais qui décide qui est «artiste» et qui doit se cantonner au rôle de «minable salisseur»? Sinon les «artistes» autoproclamés eux-mêmes…

Il y a dans le street art et dans les graffitis communs des génies et des malheureux dépourvus de talent. Qu’on me laisse juger par et pour moi-même, sachant que l’historien du futur s’intéressera peut-être davantage aux signatures de gangs qu’aux jeux de mots de Miss Tic.

La poésie des murs doit être faite & défaite partout par toutes et tous.