Dans la revue “Books”: La corde pour se faire surpendre…

Dans l’excellente revue Books, dont je viens de recevoir en tant qu’abonné le n° 91 de septembre -octobre 2018, jugez de mon étonnement à la rencontre de ce titre: «Du plaisir de se faire surpendre».

Books se lancerait-il dans l’apologie du BDSM, au risque de déclencher dans les cours de récréation une épidémie de «surpendaison» de convenance…

Peu probable.

L’article ainsi titraillé (sans merci ni relecture) chronique un ouvrage de Vera Tobin intitulé Elements of Surprise.

Tout s’explique.

Pendu, passe encore! mais «surpendu», on en vient à manquer d’«R».

Il fallait lire: «Du plaisir de se faire surprendre».

Une légère connotation érotique subsiste, drame en moins.