En aidant la librairie-café “Les Villes invisibles” (Clisson, 44) vous aidez Tatiana et Caroline, les libraires, mais aussi les maisons d’édition, les autrices et les auteurs. Merci pour elles et pour nous!

Après plusieurs années dans le milieu du livre (l’une et l’autre, nous avons touché à l’édition, la bibliothèque, la traduction et bien sur la librairie…) nous nous sommes décidées à sauter le pas : avoir notre propre projet de librairie. Nous avions la même vision du métier, la même idée de partage, de transmission, de lien. Il ne restait qu’à le réaliser…

Un jour d’automne, nous croisons la route de Laurence, et sa librairie à Clisson (44), Le Vers Libre, qu’elle souhaite transmettre. Au fil de la conversation, de la description du lieu, le contact s’établit et notre intérêt grandit. À la première visite, nous tombons sous le charme et travaillons depuis à sa reprise. Le passage de consigne est prévu pour février 2019.

Dans une ville, une librairie est plus qu’un simple commerce; il s’agit d’un lieu de rencontre, de partage, de découverte. Elle n’évolue pas seulement autour des livres mais aussi des idées et des personnes. C’est pourquoi nous souhaitons continuer le travail commencé par Laurence, faire vivre ce lieu culturel inscrit dans la vie de Clisson depuis déjà plusieurs années.

Le but est de maintenir un accès direct aux livres et à la culture dans le village, à travers non seulement l’activité de vente de livres, mais aussi grâce à des rencontres et d’autres événements liés au livre qui favoriseront l’échange.

Être libraire c’est un métier que l’on choisit par passion. Passion pour la découverte permanente de textes que nous serons amenées à partager avec les lecteurs et les lectrices, pour le rôle de médiateur entre la demande du public et une vaste production éditoriale. C’est aussi défendre une idée du métier qui tient à une exigence et à un choix assumé dans son assortiment.

Plus encore que dans la sélection, c’est dans le conseil que le libraire trouve ou retrouve toute son importance, à travers le choix des tables, des nouveautés, la mise en avant des coups de cœur ou le conseil direct auprès de la clientèle.


Notre librairie restera généraliste, avec

• des romans francophones et étrangers, des polars, de la SF, et des sciences humaines, des BD, mais aussi de l’art, de la poésie, des livres de cuisine, de la littérature et des guides de voyage etc.;
• un coin jeunesse : albums, romans jeunesse et ados;
• à terme, une sélection de DVD documentaires;
• des cartes postales, de la région, sérigraphiées, etc.
Et notre espace café vous permettra de prendre le temps de faire une pause avec un choix de thés, de cafés, de jus, et des pâtisseries pour grignoter à l’heure du goûter…

Depuis plusieurs mois maintenant, nous préparons la passation. Aujourd’hui nous avons besoin d’un coup de pouce financier pour mener le projet à terme.

À quoi va servir le financement ?

Avec 5 000 euros nous aurons la possibilité de changer le logiciel de gestion du stock de la librairie, car nous estimons que les prestations du logiciel actuel ne sont pas suffisantes pour assurer une bonne gestion du stock. De plus, ce type de logiciel est l’outil du libraire au quotidien.

Nous allons aussi doter notre partie café d’une machine à grains professionnelle, pour pouvoir proposer un café de qualité à nos client·e·s.

Si nous arrivions à dépasser notre objectif et atteindre les 7 000 euros, nous pourrions confier à l’atelier de la Turbine, qui s’occupe déjà de notre charte graphique, la création du site internet de la librairie, un outil indispensable de nos jours; un site où partager nos conseils, toute information relative aux horaires et aux rencontres, nos sélections thématiques, etc.

Et avec 10 000 euros nous pourrions envisager dès le départ la création du rayon DVD documentaires; ainsi que l’achat de matériel de projection pour des soirées-débats autour de la production documentaire actuelle.

Les libraires

Tatiana

De formation littéraire, j’ai entamé ma vie professionnelle en conciliant travail et passion pour les livres auprès de la maison d’édition Marcos y Marcos, basée à Milan, pendant 5 ans. Arrivée en France, j’ai effectué un stage de deux semaines à la libraire-café Terra Nova de Toulouse à l’automne 2009, puis j’y ai travaillé jusqu’en mars 2018.

Cet emploi m’a permis d’apprendre le métier de libraire, et d’acquérir des compétences non seulement dans le conseil et la mise en avant des titres, mais aussi dans la gestion des animations, des relations interprofessionnelles, de la logistique et de l’administration. Au printemps dernier, le moment était venu de changer d’horizon, après ces huit ans qui m’ont amené à aimer le métier, à en connaître sa beauté et ses difficultés.

Caroline

Je reconnais tourner autour du projet de travailler au milieu des livres depuis longtemps. La formation de médiathécaire effectuée en 2013, après un cursus au long cours en médecine puis en philosophie, devait être le dernier jalon, j’en garde un esprit service public. À côté, les différentes pratiques professionnelles menées étaient des activités de service, en bibliothèque, dans le milieu médical et dernièrement, à l’école auprès de jeunes enfants. Durant le stage effectué cet été au Vers Libre, je me suis sentie à ma place auprès de la clientèle et aux côtés de ma future associée.

Pour nous suivre sur Facebook: https://www.facebook.com/librairieVillesInvisibles/


N’hésitez pas à nous suivre, nous allons essayer de vous tenir au jus au fur et à mesure de l’avancement du projet…

– CONTRIBUEZ ICI !– à partir de 5€

 

Vols d’effets aux migrants: la police dément!

Nous avons toutes et tous vu, des centaines de fois, sur le vif ou dans des reportages, des flics voler, jeter dans des bennes et détruire les affaires des migrant·e·s, y compris des produits de première nécessité lorsque l’on dort dehors comme un duvet, une couverture de survie, une bâche ou même de vieux cartons…

J’ai moi-même vu des flics saisir des sacs de couchage que j’avais donné à des réfugié·e·s.

Or un militant, Loan Torondel vient d’être condamné à une amende et à de la prison avec sursis pour avoir publié un tweet ironique mettant en scène deux policiers et un migrant (voir ci-dessous). Non seulement la police harcèle les migrants quotidiennement, et aussi les gens qui les aident, mais il faudrait se taire…

Ministres et gens d’armes, êtes-vous certains d’avoir tous les moyens de la dictature?

Démenti du ministère de l’Intérieur

Halte à la calomnie! Les policiers ne volent pas de couvertures, ils étouffent les réfugié·e·s avec!

Encore un effort les fachos!…

…vous m’avez presque fait rire.

Laissez-moi deviner! La pyramide du Louvre en fond, c’est censé représenter… Le saccage maçonnique de notre héritage culturel monarchiste?

On se refait pas hein!

Notez que quand on voit la tronche de votre gourou, y’a pas photo (si j’ose dire) on se sent nettement plus proche du chimpanzé punk piercé diabolique.

Drôle, mais contreproductif!