“Je l’ai sur le bout de la langue” ~ Célébration du cunni

Le cunnilinctus (mon préféré) ou cunnilingus, couramment abrégé en «cunni», ce contact (le moins abrégé possible!) entre le con d’une part et cet «organe charnu, musculeux, allongé et mobile placé dans la bouche» que le Petit Robert évoque de manière si troublante, j’ai décidé de lui attribuer tout arbitrairement le 30 mai comme jour de célébration.

Étant entendu que rien ne vous empêche (n’étaient les législations antisexuelles de quelques pays du monde) de lécher, suçoter et aspirer le reste de l’année.

Inutile, pour visiter l’exposition, de chausser vos casques de traduction simultanée: cette langue est internationale.

Rare exemple dans l’iconographie de stylites cunnilinctes.

«Aussi longtemps que j’aurai un visage, tu sauras où t’asseoir.»

«Si le seigneur n’avait pas voulu que les hommes bouffent de la chatte, il n’aurait pas fait en sorte que ça ressemble tellement à une crêpe de maïs fourrée à la viande.»

Par Anne Van der Linden

«Bouffez de la chatte, c’est vegan»

«La Femme damnée» Nicolas François Octave Tassaert (1859)

Picasso (1903)

Prélevé chez Anne Archet.

Dernière minute.

À propos d’une tentative d’institutionnalisation (de très mauvais goût!).

Capture d_écran 2018-06-04 à 18.55.21