À Notre-Dame-des-Landes, c’est la guerre – civile – donc sans la garantie des conventions de Genève