Éloge du “sourire vertical”

Idée d’absorption et de succion du membre viril ?

Il est probable que l’origine de l’appellation par les anatomistes et/ou médecins des replis charnus de la vulve est plus triviale.

Le mot « lèvre » vient en effet du latin labrum désignant le rebord d’un vase, ce dernier terme ayant servi pendant des siècles à désigner le vagin (et le rectum « vase indu[1] »). À ce « vase », il fallait des bords, des lèvres.

On parle aussi des lèvres d’une plaie, que l’on rapproche pour faciliter la cicatrisation (et que l’on coud, ce qui ne peut que faire penser à l’infibulation). Il est vrai que, soumis aux règles, le vagin est parfois vu, surtout par des hommes, comme une plaie saignante. Peut-être la dénomination des lèvres a-t-elle aussi concouru au fantasme du « vagin denté » et castrateur…

Association d’idées et fantaisies inconscientes ont naturellement alimenté un imaginaire plus aimable, sensuel, qui associe les lèvres « du haut » avec celles « du bas », faites pour se [re]joindre.

C’est ainsi, sans doute, qu’est née l’image du « sourire vertical », qui a naguère fourni le titre d’une revue érotique.  

J’avoue n’avoir prêté qu’une attention amusée à cette métaphore… jusqu’à ce que le hasard de mes périples sur la toile mette sous mes yeux le cliché que je reproduis ci-après.

Or voici qu’il est là, le sourire vertical !

 

 

Indubitable – charmant – charmeur – à peine moqueur – dessiné par ces lèvres glabres, dont l’humidité de l’une, finement ourlée, capte si bien la lumière.

N’est-ce pas une langue que j’aperçois ? à peine rétractée, qui me fait mieux comprendre pourquoi Diderot donna la parole à semblables lèvres dans ses Bijoux indiscrets

[1] Je renvoie à mon Siège de l’âme. Éloge de la sodomie (Éd. Zulma).