MARSEILLE[S] ~ Octobre 2017

Bestiaire disco-mural, rue des Dominicaines.

À la Vieille Charité, où se tient une exposition sur Jack London.

Le monde, vu par-dessus l’épaule de Missak Manoukian.

Pelle et glace pilée: l’hiver s’annonce rude…

Parvis de la gare Saint-Charles.

Ce panneau masque désormais le grand tableau indicateur des mouvements de trains. Offensive psychologique? Pas seulement, m’explique une jeune femme préposée à l’information. Il s’agit d’éviter un rassemblement trop compact. Convenablement répartis aux pieds des multiples écrans d’ordinateurs affichant départs et arrivées, les voyageurs fourniront une cible moins commode aux terroristes. Le gibier a sa chance!