Romain Dussaux, un nom et un visage pour la victime de la «grenade de désencerclement»

Parce qu’un porc en uniforme a trouvé confortable, certes dans un contexte tendu, mais en dehors de toute menace immédiate, de balancer dans une foule désarmée une de ces «grenades de désencerclement», qui sont désormais utilisés sciemment pour mutiler et terroriser, Romain Dussaux a été grièvement blessé à la tête.

Son père, le cinéaste Laurent Dussaux, ayant révélé son identité, il n’existe plus de raison de la taire. Pas plus que de dissimuler son visage, d’ailleurs fort beau.

La première pensée, depuis longtemps émise, est allée à Romain, à ses ami(e)s et à sa famille.

La deuxième est une question: quel(s) genre(s) d’arme(s) devrait désormais nous aider à nous «désencercler» d’une police et des ordures d’État qui la commandent, capables de couvrir ce genre de crimes, en laissant entendre que les victimes ont bien cherché ce qui leur arrive et que les autres doivent s’attendre au même sort ?

Capture d’écran 2016-06-05 à 19.07.04