Violences policières, au rapport!

«Quand il s’agit de rosser les cognes, tout le monde se réconcilie!», chantait Georges Brassens.

Sans partager complètement cet enthousiaste optimisme, je me risquerai, une fois n’est pas coutume, à un geste œcuménique.

Je publie ci-dessous un document rendu public par ACAT France, «ong chrétienne contre la torture et la peine de mort». Je pense que l’intérêt de ce rapport justifie, non pas que l’on se bouche le nez (nous avons des organes très sensibles), mais que l’on utilise — et participe à —  l’impact qu’il peut avoir, précisément en raison de son origine.

Les balles «de défense» mutilent et tuent. Nous n’avons pas attendu l’ACAT pour le savoir et pour le dire. On peut risquer sa peau entre les mains de flics armés de leur seuls poings (et d’un bon entraînement aux sports de combat), j’en ai fait moi-même l’amère expérience en 1996. Tout ce qui contribue à la dénonciation des pratiques policières contre les catégories-cibles de la terrorisation démocratique — jeunes, immigré(e)s, révolté(e)s — est bien venu. Pour ce qui est de l’analyse de classe, nous nous chargeons du boulot…

Capture d’écran 2016-03-14 à 18.57.41

On peut télécharger ici LE RAPPORT INTÉGRAL, au format pdf.

Capture d’écran 2016-03-14 à 18.40.25

Capture d’écran 2016-03-14 à 18.39.52

Capture d’écran 2016-03-14 à 18.40.03

Capture d’écran 2016-03-14 à 18.39.40