Des nouvelles de la République (la place…)

Hier, mercredi 30 décembre après leur expulsion de la place de la république et leur identification au commissariat de la rue de l’évangile, plusieurs dizaines de migrants avaient décidé de maintenir le rassemblement prévu le soir sur la place pour 17h30.

A 17h la place de la république était quadrillée par des groupes de policiers en civil et en uniforme qui passaient voir des groupes de gens qu’ils avaient identifié comme militant/es ou migrant/es pour leur dire qu’il était interdit de se rassembler. Plusieurs camionnettes stationnaient autour de la place et un car pour embarquer les gens trônait visible au pied de la statue tel une épée de Damoclès.

A 17h30 une cinquantaine de personnes, majoritairement des migrants, arrivent en groupe,  le rassemblement commence. Très vite la police fait une nasse. celles et ceux qui le peuvent s’arrangent pour ne pas être capturé/es dedans. On se rassemble à l’intérieur du cercle en criant des slogans et en disant au mégaphone pourquoi on est là mais aussi à l’extérieur. A l’intérieur on est une centaine et à l’extérieur il y a aussi sans doute une centaine de personnes, peut-être plus.

Et puis on peut se dire que la nasse était nassée !

Capture d’écran 2015-11-28 à 01.58.37

Pendant plus de 3 heures un joyeux rassemblement s’organise avec ronde dynamique et bruyante autour du dispositif policier et cotillons gais et sonores à l’intérieur. Nous on est dynamiques et motivés et qu’importe le bus épée de Damoclès. En face ils sont hargneux, quelques camarades se prendront d’ailleurs des coups mais rien par rapport à la violence morale que des milliers de migrants, de pauvres, de pas-dans-la-norme subissent tous les jours.

Nous, on sait pour quoi on est là. Pas parce que pour nous ce serait une victoire que des gens dorment place de la république mais parce que c’est l’endroit où pour le moment ils ont choisi de lutter pour revendiquer leurs droits : un toit, des papiers, un accès à des études pour celles et ceux qui le souhaitent.

En tout cas, vers 21 h le piège policier s’est desserré. Pas mal de bleus sont restés autour de la place et la surveillance est restée étroite pour que n’arrivent ni tentes ni bâches ni matelas mais quelques couvertures,  carton et un matelas on put s’acheminer jusque là.

Non ce n’est pas une victoire de dormir place de la république mais c’en est une que des centaines de personnes aient choisi de braver les interdits policiers et la peur de se faire arrêter pour que le choix des migrants qui sont en lutte pour leurs droits soit respecté.

Donc une petite victoire… en attendant une grosse victoire… à République ou ailleurs… on espère ailleurs mais en attendant tant que les migrants sont là vous pouvez passer et apporter boissons chaudes, couvertures, pulls, capes de pluie, parapluies, trucs à manger.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41 Une camarade anonyme

 

Post-scriptum La signature des articles est indiquée au bas des textes (en principe précédée d’un carré rouge). Certains textes sont signés d’un pseudonyme. Le fait qu’un texte soit placé dans la rubrique «Chambre d’ami(e)s» indique déjà que je n’en suis pas l’auteur.