Les promesses en l’air retombent, comme des crachats

Capture d’écran 2015-12-23 à 17.29.26

 

Ainsi donc on peut juger l’ordure d’État le politicien François Hollande aux promesses qu’il ne tient pas — c’est un point commun avec ses complices de tous bords — et aussi à celles qu’il tient après les avoir empruntées à d’autres et avoir laissé entendre qu’il les a abandonnées. Ce dernier point est plus original.

Ainsi donc les étrangers n’auront pas le droit de vote, même aux élections municipales: voilà une bonne vieille promesse électorale non-tenue. On peut même dire qu’elle se bonifie en vieillissant, puisque, déjà, Mitterrand l’avait faite et pas tenue.

Ainsi donc la déchéance de nationalité pour les binationaux «terroristes» sera étudiée dans la énième révision autoritaire du droit, prévue dans les jours qui viennent. C’est une promesse dont l’Élysée avait fait courir le bruit qu’elle était tombée aux oubliettes. Résultat: soulagement, fugace et contrarié, chez les malheureux crétins, députés «socialistes», qui cherchent encore des trucs pour se regarder dans la glace le matin sans gerber et éviter les fruits pourris à leurs gamins dans la cour de récréation: «C’est vrai papa, que tu fais la politique de Marine avec des voix de gauche?»

Il serait d’ailleurs exagéré, de parler à propos de nationalité, d’une complète nouveauté. Il existe déjà, depuis 2006, une sous-catégorie de personnes qui peuvent être expulsées sous prétexte de «terrorisme» alors que leur présence en France est régulière et justifiée du fait de leur vie de famille (mariage avec un[e] français[e]).

Ci-dessous, extrait de la page 86 de mon livre La Terrorisation démocratique, ici téléchargeable intégralement et gratuitement.

Capture d’écran 2015-12-23 à 17.30.06

 

Ainsi donc, promesse non-tenue ou au contraire opportunément ressortie de sous le tapis, M. Hollande vise toujours les étrangers (c’est l’une des cibles de la terrorisation).

Et ça n’est pas fini. Je vous parlerai bientôt ici-même de la prochaine loi de terrorisation des réfugié(e)s, qui passera devant le parlement en janvier, et vous comprendrez mieux pourquoi le Conseil constitutionnel a validé les assignations à résidence des militants anti-COP.

Retenons pour l’instant que le politicien l’ordure d’État Hollande et ses comparses font le choix, par l’abstention (de tenir leurs propres promesses) et positivement (en tenant les promesses des autres, et quels autres!) de gouverner à l’extrême droite: contre les réfugié(e)s, contre les jeunes, contre les musulmans (perquisitions et contrôles) et d’une manière générale contre les pauvres. Sans oublier tous les rebelles (on ne dit pas «frondeurs», c’est un terme réservé aux blaireaux), y compris quelques démocrates qui ont conservé un sens de la dignité hors de saison.

Bref, ces politiciens sont excessivement nuisibles. Et nous sommes plus nombreux/ses qu’eux.

Mon dieu, mais qu’est-ce qui m’arrive? Serai-je entré sans m’en rendre compte dans un processus de radicalisation…? (La faute à Internet, peut-être?)

Enfin, comme on dit: Noël au baston, à Paques vive l’explosion!