CYNIQUES ORDURES ! (Pajol, suite)

copy-capture-d_ecc81cran-2014-11-08-acc80-23-10-36.png

Après l’embarquement violent de dizaines de migrants aujourd’hui, rue Pajol, dans le dix-huitième arrondissement de Paris (près de deux cent y avaient passé la nuit dehors), certains d’entre eux ont été dirigés sur la prison administrative de Vincennes (CRA), d’autres relâchés. D’autres ont pu s’échapper. Ces derniers, et les relâchés se sont retrouvés, au même endroit, rue Pajol, en fin de journée. Voyant que la solidarité s’organisait à nouveau (cuisine, matelas), les flics ont bousculé les soutiens pour les empêcher d’installer les matelas dans un local, dont le responsable avait pourtant donné son accord.

Politique policière, incohérente, répugnante moralement, qui ne vise qu’à rendre moins visible la présence des migrants en les dispersant: hôtels pour quelques-uns et pour quelques jours, éparpillement à la rue pour d’autres. Détention administrative pour les moins chanceux (sans parler de la dizaine de blessés d’aujourd’hui).

Cerise sur le gâteau (de gauche), les relâchés, qui ont déposé une demande de statut de réfugiés auprès de l’OFPRA, ont reçu de la police l’officiel laissez-passer, ou plutôt «laissez-dormir» photographié ci-dessous.

Capture d’écran 2015-06-08 à 23.40.26

Ce papier est revêtu du tampon de l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Relisez le texte et l’intitulé de cet organisme…

J’espère ne pas faire une interprétation trop laxiste de ce laissez-passer sur Post-it (sans doute un nouveau pas dans la simplification des mesures administratives) en supposant que le porteur est également autorisé, «pour un court temps» au moins, à être nègre et pauvre…

«Dehors», cela s’entend!

Mais sinon: où il veut!

Enfin, pas rue Pajol, ce soir, notez-bien. Un problème de coordination entre les services probablement…

Les gens qui ordonnent et qui appliquent cette politique me paraissent mériter un sort que la loi en vigueur sur la «provocation publique à commettre une infraction terroriste» me dissuade de préciser davantage. On leur fera la surprise !