“SIVENS SANS RETENUE”, un barrage contre l’oubli

Capture d’écran 2015-04-16 à 10.38.59

Dans notre série «Il n’est jamais trop tard pour bien faire», et pour lire un livre intéressant, je signale le recueil de textes — articles, tracts et les sept numéros du bulletin Sans aucune retenue disponibles sur ce blogue — publié à la fin de l’année dernière aux Éditions La Lenteur (un deuil personnel et l’actualité tragique de janvier 2015 me l’ont fait oublier sous une pile de journaux) : Sivens sans retenue. Feuilles d’automnes 2014 (158 p., 12€).

Le livre est disponible dans les bonnes librairies et via Hobo diffusion.

C’est une excellente initiative d’avoir réuni des textes dont tous n’ont pas connu le succès mérité du bulletin sus-cité. Ils sont la confirmation qu’à condition qu’une démarche d’archivage et de rediffusion soit entreprise, les luttes, même lorsqu’elles n’ont pas tourné comme nous l’aurions souhaité, laissent des traces et des enseignements. Elles ont changé celles et ceux qui les ont menées. Elles leur ont permis de réfléchir dans une pratique militante concrète à des questions qui agitent la philosophie depuis toujours : ici, par exemple, le rapport à la «nature», ou à la violence, comme le faisait le texte «Un barrage contre le pacifisme».

Ajoutons que ce livre est aussi un hommage à Rémi Fraisse, dont le nom reste désormais associé non seulement à la lutte de Sivens, mais à la nécessité de lutter contre les grands projets nuisibles, à commencer par celui qui les suscite tous: le capitalisme.