Une « Justice » foireuse (2005)

 

Capture d’écran 2014-11-18 à 16.20.41

Tract, dont le texte a été repris dans Le Combat syndicaliste (CNT, n° 303, janvier 2006).

 

 Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Foireuse, comme on dit d’un pet qu’il est foireux parce que, trompant le contrôle sphinctérien de l’émetteur, il emporte avec lui un peu de merde qui signale la chiasse.

La justice bourgeoise ordinaire enferme les pauvres. Comme elle se veut moderne, elle enferme désormais la misère sexuelle. À chaque crise sociale de quelque ampleur (la commune de 1871, 1968, les émeutes anti-CIP de 1994), la bourgeoisie, y compris de petite et moyenne envergure, est saisie d’effroi. Littéralement, elle pète de trouille. La foire lui tord les entrailles. Il lui faut, selon les époques, des pelotons d’exécutions, des bagnes et des mitards. Dans ces circonstances, la bourgeoisie ne pense pas, elle réagit, comme le bétail s’agite avant l’orage. Lorsqu’elle craint pour ses intérêts, sa rage l’aveugle sur son ridicule.

Le 14 novembre dernier, le ministère de la Justice décomptait :

— 2 734 personnes placées en garde à vue, depuis le 29 octobre ; 639 majeurs ayant fait ou allant faire l’objet de comparutions immédiates ; 122 majeurs ayant fait l’objet de convocation par procès-verbal ; 108 informations judiciaires ouvertes ; 489 mandats de dépôt ont été prononcés pour des majeurs,

— 375 majeurs condamnés à de la prison ferme ; 48 majeurs condamnés à de l’emprisonnement avec sursis, sursis avec mise à l’épreuve, ou TIG ; 41 majeurs relaxés,

— 494 mineurs présentés à un juge des enfants ; 108 mineurs placés sous mandat de dépôt.

Les procès, les condamnations et les emprisonnements ont continué depuis le 14 novembre mais, l’émeute s’étant apaisée, le ministère de la Justice ne considère plus qu’un communiqué quotidien de victoire conserve son utilité. Nous sommes revenus « à la normale », et peu importe que le nombre d’embastillés — chaque jour que fait la République — excède l’habitude, pourvu que celui des véhicules automobiles réduits en cendres retrouve son étiage des jours tranquilles, soit près d’une centaine, tout de même.

À Toulouse, le 14 novembre dernier, précisément, on a jugé parmi d’autres émeutiers un homme de 32 ans et son compagnon de 24 ans. Ces deux-là n’ont pas usé d’une quelconque substance inflammable, ils ont montré leur cul aux CRS. Oui : montré leur cul. À des CRS, qui comme on sait dissimulent sous un harnachement de gladiateur une pudeur délicate, violemment offensée par la vue desdits culs.

Les deux porte-culs firent, si l’on ose dire, « profil bas ». Nul récidive provocante à l’audience. Percevant probablement un inquiétant climat d’hystérie, ils s’empressèrent de reconnaître une bêtise, qu’ils mirent sur le compte d’une alcoolisation excessive. C’était en tout cas ramener les choses à leur infinitésimale proportion. Ils ajoutèrent avoir été frappés par les policiers au moment de leur arrestation.

En temps de foire bourgeoise, pas question de laisser Gavroche flirter avec Zazie. « Mon cul ! » s’entend dorénavant comme un cri séditieux ! La procureure requit 4 mois de prison ferme. L’un des culs valut 3 mois de prison ferme à son propriétaire, et l’autre — moins joufflu ? — deux mois ferme (cf. La Dépêche du Midi, 15 novembre 2005).

À lire les comptes rendus d’audience, rédigés ici et là par des journalistes ou des militants, on constate que 3 mois de prison ferme sont une peine courante pour l’immolation de deux ou trois poubelles (dans mon jeune temps, cet exercice agrémentait les inoffensifs monômes du baccalauréat).

La première réflexion qui s’impose à l’esprit est qu’une telle sentence constitue une provocation à l’incendie en bonne et due forme. Tant qu’à finir au trou, se dira l’émeutier des révoltes logiques chantées par Rimbaud, autant éviter le rhume de cul et manier plutôt la bouteille incendiaire !

La seconde est qu’aucune violence insurrectionnelle, je dis aucune, ne saurait être qualifiée d’excessive lorsqu’elle réplique à une aussi répugnante et grotesque violence institutionnelle.

Tout au plus souhaitera-t-on aux émeutiers d’aujourd’hui et de demain d’avoir de plus passionnantes occupations que la vengeance. Quant au petit personnel répressif, il n’aura qu’à choisir la fuite ; personne ne songera à réclamer son extradition.

 

En manière de post scriptum : La première humiliation que l’on a imposée aux deux déculottés toulousains — comme c’est l’usage pour tout arrivant en prison — c’est de baisser leur pantalon et leur slip, de se pencher en avant et de tousser. Ici, obligation de livrer le trou de son cul à l’œil du surveillant ! Ce qui n’est pas contradiction, mais perversion constitutive d’un système à détruire.

 

Paris, le 24 novembre 2005

Claude Guillon

Écrivain, conchieur de l’ordre républicain

 

Capture d’écran 2014-11-28 à 13.56.13

 

Addendum

Le journal Le Monde a, dans son édition datée du 26 novembre 2005, publié des chiffres fournis par le ministère de la Justice à la date du 18 novembre, soit 4 jours après le 14 novembre, qui demeure la dernière date à laquelle ledit ministère a publié un bulletin sur son site Internet.

Le Monde ne fournit pas d’informations sur ce qui s’est produit entre le 18 et le 24, date commune de la rédaction de mon texte et de la préparation du numéro du journal.

Les chiffres fournis à la date du 18 novembre sont les suivants : 3 101 gardes à vue ; 135 informations judiciaires ouvertes ; 562 majeurs incarcérés ; 577 mineurs déférés devant un juge pour enfants ; 118 mineurs placés sous mandat de dépôt (incarcérés).

Profitons-en pour signaler qu’un certain nombre de procès ont été reportés au mois de décembre.