Offense à des tas de chefs (2007)

Un document exclusif : le message adressé par Nounours au petit Nicolas (personnages du feuilleton télévisé des années 60 «Bonne nuit les petits»), une fois connu le résultat de l’élection présidentielle du 6 mai 2007.

 

Capture d’écran 2014-11-28 à 19.49.24

De droite à gauche: Nicolas, Pimprenelle, Nounours.

 

Alors Nicolas, a y’est, tu t’y crois !

Tu as réussi à tirer la culotte de Pimprenelle à la récré, et tu te prends pour un grand, c’est ça ?

Mon pauvre Nicolas ! Tu en as encore du chemin à faire, pour devenir une grande personne ; une personne tout court d’ailleurs.

Tu ne fais que répéter comme un perroquet ce que d’autres te soufflent. Qu’est-ce que j’apprends : même tes rédactions, tu les fais écrire par un copain ! Comment veux-tu faire des progrès et penser un jour par toi-même ?

Qu’est-ce que tu dis ? Tu veux pas penser, tu veux commander ! Mais c’est ça qui est infantile mon bonhomme ! Tu voudrais que tout le monde t’obéisse. Quand on te résiste, tu piques une colère, tu trépigne, tu dis des gros mots, tu menaces !

Et après tu va te plaindre à la maîtresse qu’on te traite ! Mais quel âge as-tu enfin ?

Tu me dis que ton frère est comme toi : tu joues au chef d’état, il joue au chef d’entreprise. Faut-il que vous en ayez reçu des taloches ! Que vous ayez eu peur dans le noir ! Faut-il qu’on vous ait menti, pour « faire de vous des hommes ». Le résultat est joli ! Des gamins névrosés qui conjurent leur terreur de la vie par l’autorité, les menaces, le mensonge, fait à soi et aux autres…

Mais tu t’es regardé dans une glace quand tu fais un de tes caprices ? Je t’entendais à la radio, avec ta voix mi-geignarde, mi-hystérique. « Ce que je veux c’est faire. J’ai envie de faire. » Mais, lève le doigt mon garçon, il se trouvera bien un adulte pour t’accompagner.

Tu n’es pas le seul à dire des bêtises ? En voilà une excuse ! Laisse Pimprenelle gâtiser sur la France qui a besoin de tendresse et toi cesse de raconter à tes petits camarades des histoires qui font peur, pour qu’ils te donnent leurs goûters en échange de ta protection dans la cour de récréation.

Et ces façons de te moquer de tes camarades qui parlent mal le français ou de jeter des cailloux sur des mendiants à la soupe populaire… Je t’écoutais crâner l’autre jour : « Dans quelle société vivrions-nous si un voyou ne pouvait plus être appelé un voyou ? ».

Parce que tu crois que c’est propre ce que toi tu fais ? Tu me regardes, quand je te parle, s’il te plaît ! Et un pt’it merdeux, dis-donc, j’ai encore le droit d’appeler ça un p’tit merdeux ?

Et puis cette habitude que tu as prise de pleurnicher « Bobo ! » par ci, « Bobo ! » par là. Comment ? « Blessé », quelle différence ? Parce que ta petite copine Délicia envoie des SMS au grand Riri, te voilà « blessé ». Parce que tu n’en envoies à personne, toi, des SMS ? Ah oui, bien sûr, toi ça ne compte pas, c’est pas pareil !

Mon pauvre Nicolas ! Comment te dire ça avec des mots que tu puisses comprendre ? Voilà, ta vision du monde est de type « caca-boudin ».

Essaie de ne pas casser tous les jouets qu’on va te donner dès les premiers jours. Les grandes personnes pourraient oublier que tu es un peu en retard pour ton âge, et se mettre très en colère.

Tu te prépares de bien mauvaises nuits, mon petit.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38  Nounours

 

Avis au lecteur et à la lectrice

Une contrepèterie se dissimule dans le titre de ce texte. Sauras-tu la retrouver ?