C’est tous les jours 1956! (2006)

On tire dans les rues de Budapest. Des balles en caoutchouc, il est vrai (qui blessent et peuvent tuer). Des dirigeants pétochards interdisent militairement à un peuple l’accès au centre de sa capitale sous prétexte de célébrer une insurrection qu’ils auraient réprimée. La preuve !

Les imbéciles font du stalinisme sans le savoir (et sans Staline) en attribuant spontanément aux hooligans d’extrême-droite les troubles récents. Ce jour 23 octobre, c’est tout un peuple, anciens insurgé(e)s compris, qui s’est retrouvé contre les flics hongrois.

Quelle meilleure commémoration rêver ?

On trouvera ci-dessous la traduction, transmise par un camarade d’origine hongroise, d’un tract distribué à Budapest le mois dernier [septembre 2006].

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 C’est tous les jours 1956 !  

« Dans la République hongroise tout le pouvoir appartient au peuple » (Constitution de la République hongroise)

Les 10 points révolutionnaires

Paix, liberté et entente !

  1. Dissolution du Parlement ! Auto-organisation à la place du gouvernement !
  2. Démocratie participative !
  3. Qu’on ramène nos soldats de l’étranger et qu’on renvoie chez eux les soldats étrangers qui sont chez nous ! Paix !
  4. Des médias libres, indépendants et participatifs !
  5. Que le fardeau soient partagé par tous ! Suppression du pouvoir du capital et celui des multinationales !
  6. Économie locale, non aux cultures génétiquement modifiées !
  7. Ouverture des logements vides inoccupés ! De l’espace communautaires et des foyers aux gens !
  8. Autonomie des universités !
  9. Que les services publiques ne soient pas soumis au profit !
  10. Une société solidaire à la place de la soumission !

Le groupe du 18 septembre

Budapest, le 18 septembre 2006, à 23h56