Democratic Terrorization

Capture d’écran 2014-11-17 à 21.40.39

Interview conducted and published by Barricata n° 20. Translated from the French by NOT BORED ! 12 October 2009.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 An interview with Claude Guillon

Q : You will soon publish Democratic Terrorization (Libertalia), which analyzes in detail the French and European legislative arsenals concerning anti-terrorism. Can you develop the thesis of your book and compare the situations in 1986 and today ?

Claude Guillon : The word « thesis » is too solemn ! The purpose of the book is to clarify the nature and history of the so-called « anti-terrorism » laws at the national and European levels. A large part of the public, including the activist milieus, have discovered the existence of and certain details in these texts because of the « Tarnac Affair. » The most common reaction has been to say, « But this isn’t important ! He [Julien Coupat] wasn’t a terrorist, just a guy who was accused — without proof — of having delayed a high-speed train for several hours ! » This is a naive and poorly informed point of view. The texts that were first adopted by the European Union after September 11, 2001, and then, later, by the different States, permit the authorities to describe all crimes as « terrorist », including political or union-based actions that are marginally legal. The so-called « anti-terrorism » laws have broken with common law. In France, during the mid-1980s, they created what is today called common law. The rule is simple: the State decides what merits being described as « terrorist » and repressed as such. It is important to understand the evolution of the last 20 years, because today it isn’t a matter of repealing the anti-terrorist texts, as if they were a kind of excrescence that could simply be cut off. There is a logical ensemble of texts on « terrorism », immigration, and delinquency, especially among youths. I call this logic « terrorization ». In their pretense to control all aspects of life, these texts are often delirious, often piled together without concern for coherence or even « efficiency ». In the case of the « Tarnac Affair », for example, this can give the false impression of being a crude and ridiculous shambles, some kind of « blunder ».

Q : In the last chapter of your book, you mention the many databased files at the disposition of the forces of repression. Besson has abandoned the DNA tests. Will the government retreat, now that is it faced with a post-Tarnac rebellion ? Or will it be a question of a simple economic and strategic retreat ?

Claude Guillon : The appearance of the book comes too soon to confirm this retreat, but I noted that no one wanted to publish the application decrees for the text. … Moreover, at the moment when the tests were [first] introduced in the law, there were a few quite strong critiques in the ranks of the Right. To say this in class terms, a fraction of the bourgeoisie, and not the least Rightist, cried « daredevil », because this proposal unfortunately recalls somber periods, as one says, and no doubt especially because it touches one of the fundamentals of the bourgeois order: the family, parental lines, and thus inheritance.

To respond to your question, I think that this [practice] will be put in play, one day or another, because it is in the logic of the market for « biological security » — one can already buy paternity tests on the Internet — and because there is another logic that ceaselessly produces new regulations. These two logics obviously feed off of each other: when a technical means of control exists, one [must] legalize and commercialize it.

Q : With respect to terrorization, you evoke two « dangerous combined figures » : the youth and the foreigner. What about the worker who makes demands ?

Claude Guillon : The worker in struggle, as well as the political activist, are quite involved, but at the end of the line. Though they are each involved, they do not feel that they are involved, at least not yet. The dangerous figures (the young delinquents and foreigners, who are thought to be delinquents due to the sole fact of their « illegal » presence) have been very closely associated with the figure of the terrorist. This all becomes a caricature in the actions of someone like Sarkozy, back when he was the Minister of the Interior. In 1986, one started to introduce the notion of « subjectivity », that is to say, elasticity, from the point of view of power, into the legal definition. After September 11, 2001, European authorities bluntly drew up a list of acts that could be classified as « terrorist ». One finds in them almost everything, including the activist repertoire: occupations, sabotage, etc. It is « terrorist intentions » that count and, of course, it is the cops and the judges who decide what your intentions are !

Q : Can you tell us how the European Mandate of Arrest, which is still hardly known, functions in this mechanism ?

Claude Guillon : This mandate falls within the logic of repressive harmonization that prevails over a larger and larger geographic space. It presents itself as an exchange of favors between the various « democracies » ; it is a form of legal recognition, in the same way that one speaks of diplomatic recognition. Concretely, the mandate means that any judge in any country in the E.U. can issue an arrest warrant for any national citizen of another country in the E.U. An example : I have participated in a demonstration in Genoa ; I return to Paris, where I live ; an Italian judge, who thinks that I am the one in the hood in a blurry photo, can have me arrested three months later by French cops. French justice, or my lawyer, can only oppose the execution of a warrant in a limited number of cases. The first targets of these European mandates were Basque autonomists. These legal measures, which the French Left encouraged and regularly congratulates itself on, are an important instrument of political repression, but the measure of their importance hasn’t yet been taken.

Q : You have recently published two other books. The first concerns the notion of body critique [corps critique] ; the other is about the Enrages. How do you articulate your reflections ? What is the link between the body, political history and anti-terrorist legislation ?

Claude Guillon : Your question points in the direction of « My life, my work ». I will try to be brief ! First of all, I consider myself to me an anarchist activist. For me, writing is a privileged tool, because it is the one I use the least poorly. In short, this is what they made me believe at school !

From my first publications, I have placed myself within a current of reflection upon the importance of the body in politics, which was an immediate translation of the struggles of the era (the end of the 1960s and the beginning of the 1970s) in favor of freely available abortion and contraceptives, and feminist and homosexual struggles. It was also an immediate antecedent of radical tendencies in psychoanalysis, especially Wilhelm Reich and his German Sexpol, and, further back in time, Fourierist amorous utopias. The efforts of Reich during the 1930s turned upon the articulations between the body, the unconscious and politics, most notably through erotic fleshing out [l’épanouissement érotique]. In the recent book that you mentioned, I tried to give flesh to the notion of « body critique », as one speaks of « mental critique », at the moment when scientists, avant-garde artists and enlightened activists were attempting to put a « supercession » of the body into practice, which is the goal of libertarian utopias.

OK the French Revolution. Along with many others (Kropotkin, Guerin, etc), I hold that it is a matrix that still hasn’t produced all of its effects. Despite a superabundant historical production on the subject, the Revolution is still poorly known and poorly understood. I have chosen to focus on the Enrages, the faction that seems to me to be the most radical and the least studied. One must always remember that many of the most interesting figures among the Enrages were women and that they posed, in actions, a certain number of questions that we are still exploring today. Furthermore, I think that the study of the French Revolution is indispensable for anyone interested in direct democracy.

With respect to these fundamental questions, the analysis of the « anti-terrorist » arsenal can seem anecdotal, although it isn’t without connection to history, because during the period of the Terror, the actions taken against the conspirators were centralized in Paris, just as the anti-terrorist measures of today are. And they are certainly connected to the body, since it is more and more the very locus [le support] of identification and the target of biometric surveillance. We can say that my arrangement with Libertalia has allowed me to re-state the point, but concerning a contemporary question, upon which I started working after the [French] riots of 2005 and the state of emergency, which, as I have said in passing, have not caused many more reactions than the anti-terrorist laws.

Q : To finish: have you any advice to give us ?

Claude Guillon : I can mention the forthcoming republication of E. Armand’s The Sexual Revolution and Amorous Camaraderie by Gaetano Manfredonia (Editions 9782355220104Zones). And, from my own recent reading: the passionate Desorceler, by the anthropologist Jeanne Favret-Saada (L’Olivier), and El Indio, a crude novel, not well written, but praised by Jules Celma, the guy who published the Journal d’un éducastreur through Champ Libre in 1971.

LE “MANIFESTE” DES EXÉGÈTES, par Peralta [Benjamin Péret]

220px-BenjaminPéret

Dans cette brochure publiée en français, à Mexico, en 1946, Benjamin Péret formule ses critiques à l’égard de la IVe Internationale avec laquelle il rompra définitivement deux ans plus tard.

J’en profite pour signaler la parution des Cahiers Benjamin Péret, superbes et passionnants albums édités par l’Association des amis de Benjamin Péret (3 numéros parus à ce jour [novembre 2014]).

La publication de ce texte de Péret sur mon précédent site n’a pas été signalée par l’Association à l’attention de ses adhérent(e)s et visiteur(e)s. Peut-être en ira-t-il autrement cette fois ?

Je me suis servi pour la numérisation de mon exemplaire, offert depuis au CIRA de Lausanne. La brochure ne se trouve pas à la BN. Le Catalogue collectif de France en indique deux ex., l’un à la BDIC de Nanterre, l’autre au CCI du centre Pompidou.

Capture d’écran 2014-11-17 à 18.38.38

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

« De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace. »

Danton.

On voudrait pouvoir traiter sans passion le « manifeste » de la préconférence de la IVe Internationale d’avril dernier. Mais on est obligé de constater qu’il n’apporte pas de solution réelle aux problèmes actuels du mouvement ouvrier et de la révolution socialiste à laquelle tend ce dernier parce qu’à ces problèmes, ce texte oppose une analyse basée sur des postulats qu’une critique attentive réduirait à néant, provoquant l’écroulement de tout l’édifice théorique, lézardé au fur et à mesure de sa construction. On remarquera tout d’abord que ce «manifeste» n’a de manifeste que le nom. C’est le document de la vanité béate, un interminable diplôme d’auto-satisfaction que se décernent ses rédacteurs au nom de notre Internationale : Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes trotskistes car tout ce que nous avions dit s’est vérifié, et si, d’aventure, la réalité se bat en duel avec quelqu’une de nos prévisions antérieures, on jette un voile pudique sur cette fâcheuse réalité qui s’obstine à nous contredire dans l’espoir qu’elle reviendra bientôt à de meilleurs sentiments.

Est-ce là une méthode révolutionnaire ? Peut-on espérer éduquer les masses ainsi ? Se prépare-t-on à devenir réellement le parti mondial de la révolution socialiste ? Disons tout de suite que non et que, par cette voie, nous n’y arriverons jamais. Au contraire, c’est ainsi que nous passerons, impuissants, à côté de situations révolutionnaires sans pouvoir nous faire entendre des travailleurs, indéfiniment condamnés à notre rachitisme actuel. Avoir eu raison de a jusqu’à z (et ce n’est pas le cas) sans que la classe ouvrière s’en soit aperçu pendant sept ans, c’est évidemment avoir eu tort à moins que la classe ouvrière ne soit restée si loin derrière nous que nous fassions figure d’énergumènes ultra-gauchistes qu’elle ne comprend pas, et ce serait encore avoir eu tort.

Mai si la classe ouvrière n’est pas venue à nous, en Europe par exemple (compte tenu des difficultés matérielles pour un petit parti de se faire entendre dans les conditions d’illégalité qui ont prévalu pendant toute la guerre) c’est tout simplement parce que la fausseté des points de vue que nous soutenions au début de la guerre était devenue sensible pour la généralité des travailleurs qui ne voyaient plus aucune raison de défendre l’URSS simple alliée de Hitler ou de l’impérialisme anglo-saxon. En outre, le maintien, de la part de notre organisation, de positions périmées, a eu comme conséquence une pusillanimité des dirigeants qui n’ont pas su profiter des circonstances diverses qui se sont offertes depuis le début de la guerre car dans tous les cas, limités par des mots d’ordre dépassés, ils ont manqué d’audace, à la fois pour caractériser la situation et pour en tirer parti. C’est donc que nous avons eu tort et notre devoir immédiat et imprescriptible, en tant que révolutionnaires, est de rechercher la ou les sources de notre erreur sans tenter de nous leurrer en supposant qu’il [s’]agit peut-être d’erreurs secondaires.

En réalité, au lieu de se livrer à un travail critique, les rédacteurs du «manifeste» ont pieusement recueilli les textes sacrés qu’ils ont soumis à une exégèse détaillée car ils déclarent froidement, bien qu’implicitement, que nos thèses d’avant la guerre et du début, ont, dans l’ensemble, résisté à l’épreuve des faits, ce qui est une contre-vérité criante.

C’est là où le « manifeste » a le plus gravement manqué son objet. Mais ce n’est pas tout. Un manifeste doit avant tout avoir une valeur d’agitation, être court et résumer en phrases frappantes la situation du moment pour en extraire des mots d’ordre d’agitation. Il saute aux yeux que ce « manifeste », au lieu d’agiter, se borne à plonger le lecteur dans un profond sommeil.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

LE PACTE STALINE-HITLER

D’abord, ce « manifeste » part de l’idée préconçue, bien que non exprimée, qu’il ne s’est rien passé depuis 1939, que la guerre n’a été qu’un cauchemar au réveil duquel on se retrouve au même point qu’autrefois ; un « État ouvrier dégénéré » en face des impérialismes acharnés à sa perte. De cette position découle forcément une tactique erronée puisqu’elle repose, par ailleurs, sur l’idée qu’une éducation incessante des travailleurs est nécessaire. Or la question n’est plus de montrer aux travailleurs la nécessité de renverser le capitalisme pour instituer un pouvoir ouvrier qui conduira la société vers le socialisme. Tout travailleur européen, dès qu’on gratte le vernis petit-bourgeois que le capitalisme a parfois su lui appliquer avec la complicité, jadis des réformistes et, aujourd’hui des staliniens, démontre savoir qu’aucune autre issue de la crise n’est possible. Il s’ensuit que notre tactique du front unique par exemple, a de ce seul fait, perdu toute signification car les millions de travailleurs qui suivent les réformistes et staliniens n’obéissent en cela qu’à la loi du moindre effort inhérente à tout homme et les partis « ouvriers » savent en profiter en cultivant cette paresse même. C’est donc d’un côté, par une passivité que nous n’avons pas su secouer que les travailleurs suivent en si grand nombre les traîtres « ouvriers », d’autre part à cause de notre insignifiance numérique, conséquence de l’inadéquat de notre propagande, et enfin, ces deux causes unies empêchent les ouvriers de se diriger vers nous car ils estiment à juste titre que nous représentons tout juste actuellement une gauche du stalinisme insuffisamment différenciée de celui-ci et ne justifiant pas leur rupture avec lui. Par ailleurs, ces positions maintenues malgré toute évidence, sans analyse préalable qui les soutienne — et elle ne peut exister — entraîne les rédacteurs du « manifeste » à une tolérance, vis-à-vis du stalinisme, qui frise parfois la capitulation car elle les pousse à masquer les faits les plus criants, ceux contre lesquels leur devoir le plus urgent est de s’élever avec énergie et d’en tirer les conclusions nécessaires. C’est ainsi que, dans le passage relatif à la « montée et chute de l’impérialisme nazi », on passe pudiquement sous silence le pacte Staline-Hitler, mentionné épisodiquement par ailleurs. Pourquoi ? Simplement parce que s’il est vrai que « l’État nazi avait pour tâche de briser la classe ouvrière en Allemagne, de dominer l’Europe capitaliste », il est faux que sa tâche ait été « d’écraser l’URSS » en tant qu’héritière de la révolution d’Octobre. En s’alliant à Hitler, Staline l’a puissamment aidé à écraser la classe ouvrière allemande et à l’entraîner au massacre. En effet, que pouvaient penser les travailleurs allemands, pour qui la Russie incarnait la tradition révolutionnaire de 1917, placés soudainement en face du pacte de leur oppresseur nazi avec le « père des peuples », sinon qu’il était de la classe ouvrière allemande de se battre contre les « ploutocraties » occidentales puisque Staline se dressait contre elles ? Ce ne pouvait être qu’une « géniale » manœuvre tactique rapprochant l’heure de la révolution socialiste. Enfin, valait-il mieux passer ce pacte sous silence et ne pas le commenter ou en dénoncer le caractère impérialiste que toute l’attitude postérieure de Moscou a mis en évidence ? En effet, si en 1939, ce pacte pouvait encore apparaître comme une de ces répugnantes manœuvres dont le stalinisme a le secret, il n’a plus aujourd’hui que la signification d’un nouveau tournant à droite, situant définitivement le stalinisme sur le plan impérialiste. Le partage de la Pologne avec Hitler, suivi de l’absorption des États baltes, puis de la Bessarabie, n’était, on l’a bien vu, qu’une manière pour Staline de se faire la main, puisqu’il domine aujourd’hui, directement ou par l’entremise de ses pantins généralement alliés de la racaille réactionnaire, toute l’Europe orientale.

Il n’y avait entre l’Allemagne hitlérienne et la Russie stalinienne aucune contradiction inhérente au régime de propriété régnant dans l’un et l’autre pays. Autrement ce pacte eut été impossible. Essayez d’imaginer — ce qui est évidemment insensé — un pacte Lénine-Hitler. Le seul accouplement de ces deux noms fait rejeter cette hypothèse sans aucun examen. Mais si une telle hypothèse est insensée et si le pacte Staline-Hitler a été une réalité, c’est qu’entre l’époque de Lénine et celle de Staline il s’est produit des modifications telles qu’elles ne peuvent plus être considérées comme quantitatives mais bel et bien comme qualitatives. Le devoir des rédacteurs du « manifeste » était-il de les escamoter ou de les étaler au grand jour afin que l’Internationale puisse en discuter et prendre les résolutions qu’elles comportent ? Ils devaient, de toute évidence, les exposer avec le maximum de détails, non dans un manifeste dont le but est tout autre, mais dans une étude précise et fondée dont ils devaient demander à l’Internationale de discuter les conclusions et non pas placer celle-ci en face d’une position intangible, car déclarer comme ils le font que « l’URSS, ce vaste secteur du marché mondial enlevé à l’exploitation capitaliste en 1917, est toujours debout », c’est ressusciter une contradiction aujourd’hui abolie et dire que la guerre n’a eu aucune influence sur l’URSS et celle-ci reste « État ouvrier dégénéré » comme devant, comme si cette dégénérescence, obéissant aux désirs des rédacteurs du « manifeste », pouvait s’en tenir au niveau atteint avant la guerre, demeurer immuable, au lieu d’évoluer comme elle l’aurait fait de toute façon, même sans guerre. Et si l’on ajoute que l’URSS « menace même d’engloutir beaucoup d’autres pays situés sur ses frontières », on ne fait en réalité et sans s’en douter que dénoncer la tendance expansionniste du Kremlin sans oser ni se l’avouer franchement ni rappeler que tout pays impérialiste agit de même s’il en a la possibilité. L’oppression russe a simplement succédé, dans ces territoires, à l’oppression nazie, le parti stalinien au parti hitlérien, la Guépéou à la Gestapo, sans que les masses en aient eu le moindre bénéfice. Elles restent les victimes su stalinisme comme elles l’avaient été du nazisme.

Mais, revenons au pacte Staline-Hitler. Pour justifier leur attitude de derviches, les rédacteurs du «manifeste» nous citent les thèses de la IVe Internationale au début de la guerre où il était dit que la contradiction entre l’URSS et les États impérialistes était « infiniment plus profondes » qu’entre ces derniers eux-mêmes, d’où ils concluent que « c’est seulement sur la base de cette estimation qu’on peut expliquer le déchaînement de la guerre d’Hitler contre l’URSS après le pacte Hitler-Staline ». C’est seulement ainsi ! Mais Hitler et Mussolini dans leur correspondance ne font pas un instant allusion à cette fameuse contradiction, à vrai dire exactement semblable à celle opposant l’impérialisme allemand à son complice et rival anglo-saxon. Y avait-il contradiction entre deux systèmes de propriété lorsque Mussolini attaqua l’impérialisme français en juin 1940 ? Évidemment pas plus que lorsque Staline attaqua le Mikado en 1945. En fait, les deux complices n’avaient alors en vue, pour justifier leur agression, que des buts stratégiques : les ressources agricoles de l’Ukraine nécessaires pour la continuation de la guerre, de même que Staline, aujourd’hui se prépare au prochain massacre en soumettant la moitié de l’Europe à son joug, en absorbant les pétroles du nord de l’Iran, en essayant de dominer la Chine, les Dardanelles, la Grèce, etc. En outre, les rédacteurs du «manifeste» n’imaginent pas un instant que la IVe Internationale ait pu se tromper alors que la bureaucratie stalinienne essayait encore de dissimuler le sens de son évolution en couvrant ses entreprises d’un masque s’est si bien usé avec le temps qu’il est devenu une toile d’araignée ne cachant plus rien du tout. Qu’importe pour les rédacteurs du « manifeste » qui, avec les yeux de la foi, reconstituent le masque en partant de la toile d’araignée ! Maintenir aujourd’hui une telle position c’est se lier les mains devant le stalinisme qu’on ne peut plus combattre efficacement tout en défendant la Russie car l’un ayant modelé l’autre, ils ne forment plus qu’un tout contre-révolutionnaire cohérent dans l’esprit des masses d’Europe orientale et d’une partie de l’Asie.

Le pacte Hitler-Staline marque un tournant décisif dans l’histoire de la contre-révolution russe, conséquence de ses victoires sur le prolétariat russe et mondial, et son passage sur le plan de la rivalité inter-impérialiste. Il signifie que rien ne reste plus de la révolution d’Octobre, que la bureaucratie a acquis des positions économiques et politiques uniquement destructibles par la voie d’une nouvelle révolution prolétarienne en Russie et s’en tenir aujourd’hui à une position défensiste [sic] dont tous les événements des dernières années démontrent la fausseté, c’est se rendre incapable de lutter pour la révolution socialiste, c’est en fait s’incliner devant la contre-révolution stalinienne et lui laisser le champ libre pour tromper, opprimer et enchaîner les masses, c’est s’orienter vers la capitulation. Lire la suite

“Ma Guerre d’Espagne à moi” de Mika Etchebéhère : « Pour une révolution, c’est une révolution ! »

 Capture d’écran 2014-06-22 à 06.37.42

Les Éditions Milena viennent de rééditer l’un des livres les plus importants sur la révolution et sur la guerre révolutionnaire, écrit par une femme : Ma Guerre d’Espagne à moi, sous-titré Une femme à la tête d’une colonne de combat, de Mika Etchebéhère (1902-1992)..

capture-d_ecc81cran-2014-07-07-acc80-18-53-04Cette marxiste antistalinienne d’origine argentine gagna un nom basque en épousant un homme aussi internationaliste qu’elle, qui mourra au combat dans l’Espagne révolutionnaire, ce qui fut à la fois le drame de sa vie et le tournant qui fit d’elle une cheffe de guerre dans une colonne du Partido obrero de unificación marxista (le POUM, en délicatesse avec Trotski). Elle rédigea son livre à Paris, en français.

D’abord édité en 1976 chez Denoël, dans la collection des « Dossiers des Lettres Nouvelles », dirigée par Maurice Nadeau, le livre a été repris, puis laissé en déshérence, chez Actes Sud (1999) dans la collection « Babel Révolutions ».

L’éditrice a, dans un premier temps, créé une maison d’édition tout spécialement autour du projet de réédition du livre de Mika Etchebéhère, livré avec un DVD support d’un documentaire de 80 mn de Fito Pochat et Javier Olivera portant le même titre que le livre. Son apport le plus remarquable réside dans les extraits d’entretiens avec Mika réalisés à des époques différentes. Par ailleurs la volonté de scénarisation du livre, si elle exprime bien la dimension personnelle et passionnelle des engagements de l’auteur, est parfois inutilement appuyée (dans le registre de l’émotion notamment). Le couplage livre/DVD, d’ailleurs pratiqué par un nombre croissant d’éditeurs, demeure convaincant, et les Éditions Milena envisagent de le mettre en œuvre dans d’autres projets.

Le texte d’origine est complété par une introduction pleine de bons mots érudits de Guy Prévan (une des chevilles ouvrières de l’Association des amis de Benjamin Péret), d’un cahier de quinze photographies, de la reproduction (et de la traduction) d’une lettre de Julio Cortázar, l’un des premiers lecteurs du manuscrit de Mika en 1974, dont il lui dit tout le bien qu’il en pense, et enfin d’indications bibliographiques fournies par Nicolas Norrito (des Éditions Libertalia).

Passionnant en tout, le livre offre non seulement le témoignage de l’auteure sur ses rapports avec les hommes qu’elle commande — parce qu’ils l’ont choisie pour ce rôle — et avec les hommes, militaires ou civils, avec lesquels elle est entrée en relation, mais il est riche aussi de figures féminines, militantes populaires qui se rebiffent contre le machisme dominant et dont l’une des préoccupations est l’armement.

La lecture de certains passages rappellera beaucoup à celles et ceux qui ont lu les procès-verbaux d’interrogatoires et les déclarations de femmes révolutionnaires de 1793. Où l’on voit que les mentalités anciennes perdurent, d’une révolution à l’autre… mais aussi qu’elles cèdent un peu de terrain. Le fait que ces scènes se déroulent en Espagne, où la fierté masculine est une valeur forte, leur donne un sens — et un sel !— tout particulier.

Miliciennes 1936

D’abord le portrait d’une jeune fille de seize ans, qui m’a fait penser, dès les premiers mots, à la bien-aimée du Cantique des cantiques : « Je suis noire mais je suis belle, filles de Jérusalem… ».

Elle avait la peau d’un brun presque noir, des yeux de jais et la tête couronnée de nattes aussi noires que ses yeux, d’où son surnom d’« Abyssinienne », et elle avait seize ans — qui en paraissaient vingt. Grande, la poitrine haute, son bleu de milicienne n’arrivait pas à effacer sa taille de maja* ni à dissimuler sa démarche balancée de fille des bas-quartiers de Madrid. Elle chantait toute la journée Ay Mari-Cruz, Mari-Cruz, majavilla de mujer…, on la voyait se promener, esquisser un pas de danse, aborder un milicien, un autre avec toujours la même exigence : « Montre-moi comment ça se démonte, un fusil. Je sais le charger, mais pas le démonter, et un jour moi aussi j’en aurai un…

* Terme daté du XVIIIe siècle qui désigne une fille du peuple, délurée. Un tableau de Goya est intitulé (ou surnommé) La Maja desnuda. Mais la maja de Goya a la peau couleur de lait.

En voici une autre, si peu gracieuse, au contraire de l’Abyssinienne, qu’on l’a surnommée Mocheté. Ce qui ne l’empêche pas d’emporter l’enthousiasme des hommes par sa fierté de combattante libre.

L’arrivée de deux filles inconnues tombe comme un ballon multicolore aux pieds d’un groupes d’enfants qui boudent. Tous les hommes se retournent pour les fixer. La plus petite, courte sur pattes, la figure grisâtre, la démarche lourde, n’a de beau que sa voix.

— Je m’appelle Manuela…

— Manolita Mocheté, rectifie tout bas Paco, mais la fille l’entend et de la même voix attachante :

— Oui, Mocheté. Paco me connaît bien. Nous avons grandi dans le même quartier, à Carabanchel. Je suis de la colonne Pasionaria, mais je préfère rester avec vous. Jamais ils n’ont voulu donner de fusils aux filles. On était bonnes pour la vaisselle et la lessive. […] J’ai entendu dire que dans votre colonne les miliciennes avaient les mêmes droits que les hommes, qu’elles ne s’occupaient ni de lessive ni de vaisselle. Je ne suis pas venue au front pour crever, un torchon à la main. J’ai assez récuré de marmites pour la révolution !

Elle a gagné, gagné par la grâce de son parler madrilène le droit de mourir pour la révolution, et les hommes ont applaudi en lui lançant un Olé tu madre !

Enfin, la parole d’un milicien à la femme qu’il a choisie pour le commander dans l’exercice viril de la guerre. Mais cette guerre est avant tout, pour lui et ses camarades, hommes et femmes, une révolution. Et quelle révolution !

— Si tu n’enlèves pas tes bottes et tes chaussures tu attraperas la crève, toi aussi, dit Ernesto en me tendant une grosse paire de chaussettes tiédies devant le feu. Je les ai toutes lavées. Il y en avait un paquet. Il fallait bien qu’une âme charitable s’occupe de les laver et de les repriser. Comme le vieux Saturnino avait de quoi coudre, c’est lui qui a fait le travail. On aura tout vu. C’est une femme qui commande la compagnie et les miliciens qui lavent les chaussettes. Pour une révolution c’est une révolution !

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

On peut se procurer le livre via Amazon ou la Fnac et dans quelques bonnes librairies, à Paris (au Point du jour, par ex. voir « Librairies parisiennes ») et à Bordeaux.

Les libraires intéressés peuvent contacter l’éditrice : editionsmilena[AT]gmail.com Tél. : 06 22 80 68 56.

On peut aussi commander le livre via le site des éditions Libertalia.

Statut : livre acheté

Remous au Collège de France, par A. Grothendieck (1971)

Ce texte a été publié dans le n° 9 de Survivre …et vivre, août-septembre 1971 (édition française). Il figure donc dans le pdf téléchargeable sur ce blog, et ailleurs sur Internet. Cependant, sur la remarque, qui m’a été faite par plusieurs correspondants, que le texte en « mode image » est de lecture peu confortable, j’ai utilisé l’exemplaire du n° de S&V en ma possession pour proposer l’article en mode texte, plus accessible.

Il présente l’intérêt particulier de montrer comment Grothendieck a d’abord tenté d’utiliser son prestige scientifique pour « subvertir » l’institution, en l’espèce le Collège de France, en invitant les autres à l’imiter en conclusion, avant de renoncer à cette stratégie.

Seules modifications apportées : Les mots apparaissant soulignés dans le journal (qui n’utilisait pas les italiques), sont ici en italiques (je ne peux pas souligner les mots) ; un pluriel malencontreux (1 abstentions) a été corrigé. Le correcteur orthographique a relevé, et absous, deux ou trois fautes de frappe.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

UN MATHÉMATICIEN POURRA-T-IL CONSACRER UNE PARTIE DE SON COURS AUX QUESTIONS DE LA SURVIE ?

Bien entendu, il le peut, mais dans l’immédiat il le fera sous sa propre responsabilité, sans sanc­tion officielle, et sans que le fait soit signalé sur les affiches du Collège de France. En l’occurrence, il s’agit de mon propre cours, qui aura lieu au Collège de France sous le titre « Théorie de Dieudonné des Groupes de Barsotti-Tate » (sic), les mercredi de dix heures à midi et demi, salle B ; ou­verture du cours le mercredi 3 Novembre. Les premiè­res séances seront consacrées à la discussion, avec la participation de tous les auditeurs intéressés, de thèmes non techniques liés par le titre général suivant : SCIENCE ET TECHNOLOGIE DANS LA CRISE ÉVOLUTIONNISTE ACTUELLE : ALLONS-NOUS CONTINUER LA RE­CHERCHE SCIENTIFIQUE ?

Le nombre des séances consacrées à ce sujet, avant de passer à la partie technique du cours (concernant la théorie de Dieudonné), dépendra entièrement des réactions de l’auditoire. Précisons ici que le Col­lège de France est ouvert à tous les auditeurs, sans distinction de nationalité, sexe, religion, âge, di­plômes, coupe de cheveux ou toutes autres particula­rités. Il n’y a aucune formalité d’inscription, ni aucune formalité pour assister à aucune des séances : l’appariteur vous indiquera gracieusement la salle. Toute personne intéressée par le thème est bienvenue pour participer aux discussions, qu’il soit ou non mathématicien. Adresse du Collège de France : Place Marcellin Berthelot – PARIS 5ème.

Pour tous renseignements, on peut me téléphoner au 920 13 34.

Traditionnellement, chaque professeur au Col­lège de France choisit librement, chaque année, le sujet de son cours l’an prochain. Son choix doit en principe être approuvé par l’Assemblée des Profes­seurs se réunissant vers la fin de l’année académi­que. C’est là une affaire de routine, et les cours sont généralement approuvés en bloc par un vote à l’unanimité. Je n’ai pas eu connaissance d’un précé­dent où le choix d’un professeur ait été mis en ques­tion, voire repoussé par l’Assemblée de ses collè­gues. Cette routine s’est trouvée perturbée à la dernière réunion de l’Assemblée, le 27 Juin dernier, à l’occasion de mon propre projet de cours. Préci­sons que je ne suis pas professeur titulaire au Collège de France, mais que j’ai été nommé pour deux ans à la chaire de professeur associé nouvellement créée (la première au Collège de France), destinée à des professeurs en visite au Collège de France.

D’après les règlements internes au Collège, à titre de visiteur, j’assiste avec voix délibérative aux réunions de l’Assemblée, mais sans avoir droit de vote .

À l’occasion de cette Assemblée, j’avais en­voyé à M. Etienne Wolff, Administrateur au Collège de France, mon rapport d’activité pour l’année écou­lée, comprenant, à côté d’activités de type académi­que traditionnel, une très brève description de « mon effort soutenu de compréhension et d’engagement face aux grands problèmes de notre génération, que je suis arrivé à reconnaître sous la triple forme d’une crise de civilisation, d’une crise écologique, et d’une nouvelle révolution évolutionniste », pour reprendre les termes de ce rapport. Il contenait également la liste de la vingtaine d’universités nord-américaines touchées au cours de ma tournée des campus ce prin­temps, et les principaux titres de discussions pu­bliques sur des thèmes liés à la Grande Crise (cf. « La Découverte de l’Amérique[1] ») . Enfin, dans une lettre séparée du 22 Mai 1971, j’exposais mon pro­jet de cours pour l’année prochaine dans les termes suivants :

« Concernant la partie I de ce programme, quel­ques mots d’explications me semblent de mise. Malgré un intense effort de compréhension que j’ai fait du­rant l’année écoulée pour arriver à une vision d’en­semble des problèmes que j’ai l’intention d’y abor­der, je suis bien conscient du fait que je ne suis qu’au début d’un très long chemin, et que je ne puis prétendre en la matière à aucune compétence particu­lière. Mais je suis également conscient de l’impor­tance et de l’urgence de ces problèmes, et du fait qu’ils ne sauraient relever d’aucune spécialité quel­le qu’elle soit, scientifique ou humaniste. Aussi, s’il est vrai qu’il est important que chacun de nous y réfléchisse suivant son expérience propre, et que sans doute de nombreux collègues déjà sont allés dans cette voie bien plus loin que moi, nul, il me semble, ne peut prétendre sur ces questions vitales à une autorité qui lui permette de les exposer ex cathedra dans un esprit dogmatique. Vouloir en pren­dre argument pour bannir entièrement de telles ré­flexions systématiques de nos amphithéâtres, me sem­blerait une erreur funeste. Il est vrai qu’à cette erreur nous prédispose fortement la tendance crois­sante au morcellement de la connaissance en disciplines distinctes, qui est en train d’aboutir à une véritable négation de la connaissance, si on conçoit celle-ci comme un moyen pour appréhender la réalité (toujours complexe) et interagir avec elle dans un “sens favorable”. Plutôt que de démissionner ainsi devant la réalité, qui refera irruption dans nos vies que nous le voulions ou non, il me semble pré­férable que chacun de nous l’aborde de front avec les moyens du bord, en faisant confiance au temps qui nous reste et aux compagnons de route pour amé­liorer nos moyens.

» Bien entendu, je suis à votre entière dispo­sition, et à la disposition de mes autres collègues au Collège de France, pour préciser ou développer les points esquissés dans cette lettre.

Veuillez agréer…»

À la réunion de l’Assemblée du 27 Juin, cette lettre a été lue par l’Administrateur. Comme je m’y attendais, elle a donné lieu à un débat fort inté­ressant, extrêmement vif et révélateur. Il s’ouvre par une prise de position très nette de M. Wolff lui-même contre la première partie du programme pré­vu, qui « ne rentre pas dans le cadre de la chaire de professeur associé dont M. Grothendieck est chargé ». S’ensuit un débat animé, auquel prennent part MM. J. P. Serre, Jean-Claude Pecker, Anatole Abragam, Jacques Monod, Raymond Aron, Francis Perrin, François Jacob, Jean Leray, en plus de M. Etienne Wolff et de moi-même. Réactions extrêmement diverses. Celle qui domine, cependant, s’exprime dans la conviction qu’en sortant des limites de sa spécialité, voire des limi­tes de la science au sens technique du terme, pour parvenir à une appréciation critique de la science et de son rôle, le savant allait fatalement sombrer dans « 1’ignorance » et le « bavardage creux[2] », d’après les paroles utilisées par F. Perrin. Une telle opinion, exprimée par des hommes parmi les plus éminents de leur discipline particulière, et la profonde méfiance « à priori » qu’elle suppose au su­jet des facultés mentales de l’homme, y compris cel­les de leurs pairs, censés, (d’après un large consensus) être parvenus au sommet du développement intel­lectuel que notre société peut offrir — n’est-ce pas là un écrasant constat d’échec de toute une concep­tion de l’éducation, de la connaissance, voire de no­tre culture tout court ?

Voici quelques réactions particulières de certains collègues[3]. J. P. Serre, mathématicien, qui avait fait la proposition de ma nomination au poste de professeur associé et à mon renouvellement pour une deuxième année, à la fois visiblement excé­dé et très gêné vis à vis de ses collègues, se con­sidérait comme partiellement responsable des compli­cations causées par ma présence au Collège de France ; comme excuse, il indique qu’aux moments où il avait fait ces deux propositions, rien ne permettait de prévoir mon évolution future (que manifestement il déplore). F. Perrin[4] est intervenu à plusieurs reprises, avec un air alarmé : comme la mathémati­que n’est pas une science à proprement parler, étant par essence séparée de l’observation de la nature[5], le fait qu’un mathématicien prenne sur lui de traiter critiquement de la science lui semble « par­ticulièrement fâcheux ». A. Abragam, après avoir souligné en termes quelque peu dithyrambiques[6] le haut prestige scientifique dont, selon lui, je jouissais en tant que mathématicien, opina qu’il y aurait malhonnêteté d’user de mon autorité de ma­thématicien pour « vouloir imposer à votre auditoire vos opinions personnelles sur la guerre au Vietnam ou sur l’énergie nucléaire ». Il me semble re­marquable à quel point ces objections passent en­tièrement à côté des éclaircissements donnés dans ma lettre, où j’expliquais précisément que j’enten­dais initier une discussion avec mes auditeurs sur des problèmes cruciaux, et que je récusais à priori dans ces problèmes tout appel à une quelconque au­torité de l’expert.

D’après A. Abragam, les auditeurs seraient attirés par un programme mathématique défini, pour s’en­tendre exposer des choses sans rapport avec ce programme. En fait, les titres distincts des deux parties de mon cours prévu étaient absolument sans équivoque sur les thèmes qui seraient traités dans l’une et dans l’autre, contrairement à ce qui aura lieu après le vote de mes collègues, repoussant la partie I prévue à mon cours.

Je me trouvais placé dans l’Assemblée à côté de J. Leray et A. Lichnerowisz, mathématiciens tous deux. J. Leray était visiblement ému, insistant que « ces sujets sont trop importants pour qu’on ait le droit de se tromper en en parlant — et livrés à vos seules lumières, vous êtes sûr de vous tromper ! ». C’est en ces termes qu’il m’exhortait à renoncer à traiter ces questions dans mon cours de mathémati­ques, pour m’associer plutôt à un séminaire inter­disciplinaire qui serait placé sous le patronage de plusieurs professeurs au Collège de France.

Lichnerowisz abondait dans le même sens, visi­blement perplexe ; j’avais l’impression qu’il sen­tait bien que « du nouveau » était en train de se préparer, et ferait irruption fatalement tôt ou tard, y compris au Collège de France, et quel in­convénient il y aurait que ce soit un vote formel de l’Assemblée qui exclue des amphithéâtres du Collège de France, la libre discussion de certains des problèmes les plus brûlants de notre temps, directement liés à la science qu’on y enseigne. Il a préféré ne pas intervenir dans la discussion, et n’a pas pris oralement de position très nette pour ou contre mon projet. Quant à l’Administrateur E. Wolff, il se disait « peiné » par toute cette discussion — et il le paraissait en effet — qui le mettait dans la position désagréable d’avoir l’air de vouloir refuser ou restreindre la liberté d’ex­pression d’un hôte du Collège de France. En passant, il ironisa légèrement, avec un même air triste, sur le terme « Crise Évolutionniste » qui figurait dans le titre, disant qu’il n’avait pas eu connaissance qu’il y avait une crise dans 1’Evolution, et qu’il devait y avoir sans doute malentendu de sa part. Sur mon assurance qu’il n’en était rien, il ne semblait pas intéressé que je lui précise en quoi j’étais convaincu que nous assistions en effet à une telle crise ; il est vrai que E. Wolff est bio­logiste et moi mathématicien, et d’après les règles du jeu dans lesquelles nous avons été élevés l’un et l’autre, il n’était guère concevable que ce soit le mathématicien qui explique ses réflexions sur l’évolution à un biologiste.

Dès le début de la discussion, après avoir re­çu mon assurance que j’étais tout disposé à consa­crer à la deuxième partie, « technique », de mon cours, le minimum de dix-huit heures prévu pour les cours du Collège de France, J. C. Pecker est intervenu très cordialement en faveur de mon projet de cours, consi­dérant comme extrêmement positif que des « questions très importantes » soient débattues dans le Collège de France. C’est lui qui avança l’idée d’un séminai­re interdisciplinaire, qui sembla apparaître à la plupart des participants à la discussion comme la meilleure solution à la « difficulté » que j’avais sou­levée. Aussi je fus obligé d’expliquer que mon but n’était pas de créer une nouvelle spécialité au Col­lège de France, fût-elle interdisciplinaire, mais bien d’intégrer à l’avenir (que ce soit au Collège ou ailleurs) mon enseignement mathématique avec des pers­pectives critiques sur le rôle social de la science que j’enseigne, et de la science en général — et que j’espérais ce faisant inciter d’autres universitai­res à faire de même. Cela n’empêchait pas que je me joindrais bien volontiers à un séminaire interdis­ciplinaire comme suggéré par M. Pecker. Indépendam­ment de ce séminaire et du résultat du vote qui se­rait pris par l’Assemblée sur la première partie du cours, c’est-à-dire si celle-ci figurerait ou non sur les affiches officielles, j’étais décidé à in­clure quelques séances où seraient traitées les questions indiquées dans le titre incriminé, avant de passer à la partie plus technique de mon cours.

En dehors des interventions de J. C. Pecker, il y eût quelques autres interventions en faveur de mon projet, notamment J. Monod et (sauf erreur de ma part, vu que je ne connais pas encore personnelle­ment la plupart de mes collègues) F. Jacob et R. Aron.

Il y a eu finalement vote séparé, d’abord sur la deuxième, puis sur la première partie de mon pro­jet de cours. Résultats :

  1. Théorie de Dieudonné des Groupes de Barsotti-Tate : 25 oui, 12 non, 6 abstentions, 2 nuls.
  2. Science et Technologie dans la Crise Évolutionniste actuelle : allons-nous continuer la re­cherche scientifique : 32 non, 9 oui, 1 abstention, 1 nul.

Il est remarquable que dans un haut-lieu de la science comme le Collège de France il se soit trouvé 9 voix pour appuyer un sujet de cours brûlant certes, mais qui rompt avec des traditions académiques for­tement enracinées ; cela me semble un signe frappant de l’évolution qui est en train de se faire dans les esprits, y compris dans les sphères qu’on pourrait croire le plus inconditionnellement acquises au « scientisme ». Je pense qu’avant la discussion et le vote, la plupart des trente-deux collègues qui ont voté « non » ont dû être convaincus que tout savant dans son sens commun récuserait sans appel une telle rupture avec la tradition, et que ma proposition se­rait rejetée à l’unanimité, par une Assemblée unani­mement choquée. Nul doute que la discussion et la découverte que neuf de leurs collègues ne partagent pas leurs vues, pourra être chez un bon nombre d’en­tre eux une parmi les multiples influences qui fini­ront par les amener à revoir leurs préconceptions scientistes, comme j’y ai été amené moi-même pro­gressivement au cours des deux années passées. À cet égard, le fait que dans le premier vote, consacré à la deuxième partie (technique) de mon cours, il se soit trouvé 12 « non » pour le récuser et 6 absten­tions (alors que sauf Serre et moi-même, aucun des collègues présents ne pouvait guère avoir la moindre notion de ce que le titre proposé signifiait) me semble le signe d’un véritable désarroi chez nombre de ces collègues. De telles discussions qui font éclater au grand jour certaines contradictions ou incohérences des préconceptions sous lesquelles nous travaillons habituellement, me semblent un puissant moyen pour faire évoluer les idées et aider à leur renouveau. Il en est particulièrement ainsi lorsque les participants se trouvent dans une situation (institutionnelle, disons) où ils sont obligés de prendre position, en vue d’une décision concrète. Il me semble que peu sont ceux parmi nous qui n’ont pas l’occasion, sous une forme ou une autre, de créer de telles situations, quelle que soit la profession à laquelle ils appartiennent. Ils s’apercevront sans doute souvent avec surprise, comme je m’en suis aperçu moi-même, qu’ils sont bien moins isolés qu’ils ne le pensaient. Faites-donc l’essai vous-même !

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38 A. GROTHENDIECK

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] NDLR. Titre d’un article de A. Grothendieck qui était prévu pour le présent numéro de Sur­vivre, et n’a pu finalement y trouver place.

[2] Comparer cette conviction avec le point 4 du « Credo du Scientisme » (Rôle de l’Expert), p. 6.

[3] Il est possible que certains collègues considè­rent que des débats comme ceux de l’Assemblée du Collège de France, n’étant pas ouverts au public, devraient être considérés comme confidentiels. Nous pensons au contraire que « tous les actes de la vie professionnelle du scientifique doivent être pleinement explicites et publics ».

[4] Signalons que F. Perrin, pro­fesseur de physique atomique et moléculaire au Collège de France, a été Haut-Commissaire à l’Éner­gie Atomique. C’est à lui qu’est due la déclara­tion historique que la radioactivité dégagée par les explosions nucléaires en Polynésie était moindre que celle qui sera due aux cadrans lumi­neux des montres bracelets que les indigènes se­raient en mesure de s’acheter, par l’augmentation du niveau de vie qui résulterait de ces expérien­ces .

[5] Cet état de choses est relativement récent, dû à une évolution regrettable de la mathématique de­puis le début du siècle. Il commence à y avoir, chez certains esprits moins dogmatiques que la plupart de leurs autres confrères mathématiciens, une saine réaction contre cet isolationnisme des mathématiques. Si l’activité scientifique (dans le sens traditionnel) est appelée à survivre à notre présente crise de civilisation, il semble très probable que la mathématique serait appelée à un renouvellement beaucoup plus radical que ce­lui auquel on a assisté depuis le début du siècle avec l’introduction du point de vue formaliste et axiomatique. Cela semble en tous cas une nécessi­té, si la mathématique doit continuer à fournir des modèles utilisables de la réalité, adaptés à saisir au moins certains aspects complexes du monde biologique. L’impasse prolongée où se trou­ve la physique théorique depuis le développement de la mécanique quantique pourrait bien être liée à la même nécessité de renouvellement.

[6] Dithyrambe : louange exagérée (figure de style).